Symboles

Capture d’écran 2016-01-05 à 18.51.28

*Nota : le facteur multiplicateur est pris en compte dans les aciers faiblement alliés 1er élément d’alliage à 5 % (selon NFA 02.005).

Surépaisseurs d’usinage pour les aciers à outils :

Les produits bruts de laminage ou bruts de forgeage présentent généralement une décarburation superficielle ainsi que des hétérogénéités et des irrégularités de surface.
En conséquence, il est nécessaire d’enlever par usinage, une certaine quantité de matière uniformément répartie sur chaque face. Les normes NFA 45, 103 et NFA 104 définissent les surépaisseurs d’usinage minimales à appliquer aux cotes nominales des produits à section ronde, section carrée, plats et larges plats, non préusinés.

A titre indicatif, quelques valeurs sont données dans les tableaux ci-dessous.
Remarques : la non-élimination des défauts superficiels peut engendrer des incidents graves au cours du traitement thermique (fissure, déformation, rupture), et après traitement thermique (rupture différée sur défauts non décelés).

Capture d’écran 2016-01-05 à 18.57.14
Tolérances générales (MOP15CO RÉV.13)

Capture d’écran 2016-01-06 à 14.33.22

USINAGES SUPPLÉMENTAIRES

Capture d’écran 2016-01-06 à 14.32.59

USINAGE DE PLAQUE

Capture d’écran 2016-01-06 à 14.38.05

ETATS MÉTALLURGIQUES DES ALLIAGES D’ALUMINIUM

Ils sont définis par une lettre majuscule qui caractérise l’état fondamental (traitement mécanique ou thermique) suivi de chiffres complémentaires pour subdiviser cet état si nécessaire.
F = brut de fabrication à chaud – O = état recuit – H = état durci par écrouissage et éventuellement partiellement adouci
T = état durci par précipitation (trempe) – SERIES 2000, 6000 et 7000.

Capture d’écran 2016-01-06 à 14.39.23

CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES DES CUIVRES ET ALLIAGES CUIVREUX (LAITONS-BRONZES)

Les propriétés mécaniques de ces matériaux sont obtenues par déformation à froid. Les techniques employées sont :
– l’étirage pour des sections rondes, carrées ou méplates.
– le laminage pour les planches.

Les caractéristiques mécaniques, telles que la résistance à la traction, la limite d’élasticité et la dureté augmentent avec le taux d’écrouissage (taux de réduction entre les dimensions initiales du produit et celles du produit final).
En règle générale, les caractéristiques obtenues sont meilleures après étirage qu’après laminage.
En pratique, on remarque que l’effet de l’écrouissage ne pénètre pas toujours totalement dans toute la section du produit. Ceci conduit à des écarts possibles de dureté entre la surface et le cœur du produit. Cette variation de caractéristiques qui influe sur l’aptitude à l’usinage et sur la résistance à l’usure se retrouve particulièrement dans les grosses sections.

Deux conséquences directes découlent de ces considérations :
– les caractéristiques mécaniques données selon les états de livraison sont valables en surface et non à cœur. – pour des sections importantes, le taux d’écrouissage utilisé est souvent du type H 11 (1/4 dur).

TOLÉRANCES D’AJUSTEMENT
EXTRAITS DE TOLÉRANCES ISO POUR ALÉSAGES EN MICRONS

Capture d’écran 2016-01-06 à 14.45.18 Capture d’écran 2016-01-06 à 14.45.24

EXTRAITS DE TOLÉRANCES ISO POUR ARBRES EN MICRONS

Capture d’écran 2016-01-06 à 14.46.30 Capture d’écran 2016-01-06 à 14.46.35

INFORMATIONS TECHNIQUES

• La limite élastique : il s’agit de la charge, exprimée en MPa, symbolisée Rp, pour laquelle il commence à se produire une déformation permanente, c’est–dire, que pour toute charge inférieure, l’éprouvette reprend sa longueur initiale lorsque l’effort cesse.

• La résistance à la rupture : symbolisée Rm, charge exprimée en MPa que peut supporter le métal sans se rompre.