Catalogue de nos aciers

Base Fer - Carbone

Les bases Fer Carbone comprennent une quantité importante d’alliages (aciers et fontes) catégorisée en familles et groupes selon leurs caractéristiques chimiques, physiques et mécaniques.
Ces alliages sont largement utilisés dans l’industrie, notamment les aciers au carbone, les aciers alliés, les aciers rapides et les aciers non alliés.

En savoir plus

Ces aciers sont appelés aciers martensitiques, car leur structure se modifie après traitement thermique de trempe et revenu, leur conférant de fait des caractéristiques mécaniques et des niveaux de duretés élevés, voire très élevés.
Selon les nuances et les critères recherchés, ces alliages supportent également des traitements thermochimiques de cémentation, de nitruration ou encore de dépôts sous vide ainsi que les dépôts électrolytiques.
Les aciers inoxydables sont utilisés pour leur résistance à la corrosion et répartis en trois groupes principaux :
• Les aciers inoxydables martensitiques.
• Les aciers inoxydables ferritiques.
• Les aciers inoxydables austénitiques.
Chacune de ces familles a des comportements différents face aux formes de corrosion rencontrées dans le cadre de leur utilisation.
Les aciers inoxydables martensitiques sont utilisés pour leurs bonnes propriétés mécaniques après traitement thermique de trempe et revenu, combinés, à une bonne tenue à la corrosion laquelle est due à leur capacité de se passiver à l’air ambiant.
Toutefois ils sont sensibles à la corrosion par piqûres et nécessitent des états de finition soignés lors de leur mise en œuvre.
Les aciers inoxydables ferritiques et austénitiques résistent très bien à la corrosion par piqûre, mais leurs niveaux de caractéristiques mécaniques sont faibles, car leur structure ne se modifie pas durant l’opération de trempe.
Notre catalogue vous apporte des informations générales sur une série de nuances sélectionnées ; chacune d’entre elles est particulière et réagit à des gammes de transformation définies.
L’attendu des résultats n’est pas systématiquement dû à la composition d’une nuance sélectionnée, mais aussi à la qualité de sa mise en œuvre et à ses conditions d’utilisation.
Nous vous invitions à nous consulter pour tout complément d’information relatif à ces sujets en cas de besoin.

STUB – LA 2067
ETIRE-DOUX-S235JR
ETIRES-1/2-DUR-E335
Fontes coulées en continu
LA 1730
LA 7225
LA 2312
LA 2311
LA HR300
LA 2738
LA 400+
LA 2714
LA 2343 ESR HH
SMV3 O
LA 2767 Couleur-rayer-bleurouge
LA 2343
LA 2343 ESR violet croix jaune
LA 2344 couleur-rayer-bleujaune
LA 2344 ESR bleu-croix-jaune
819 AW bleu-croix-noires
SMV3 W violet-croix-noires
ADC3 W jaune-croix-noires
ADC88 Couleur-jaune-croixbleu
SMV5 W rose-croix-noires
X13T6 W Couleur-jaune-croixbleu
XDBD W
X15TN
LA 2085 violet croix jaune
LA 2083 couleur-rayer-bleujaune
LA2099
LA 2316
LA 4404 – Inox 316L violet-croix-noires
LA 4307 – Inox 304L jaune-croix-noires
LA 7765 (GKH) violet croix jaune
LA 8509 (LK3)

Tiges usinées chromées en C45U

Tiges usinées chromées en 42CrMo4

LA 2842
LA 2363
LA 2379
LA 3343
LA 3247
Poudres

Les poudres métalliques élaborées à destination des différents procédés de fabrication additives sont des produits issus des technologies de la métallurgie des poudres.

Ces matériaux sont obtenus par la fusion et l’atomisation de métaux de très haute pureté.

En savoir plus

L’atomisation du métal liquide est réalisée à partir d’une torche à plasma ou par pulvérisation sous pression de gaz neutre au travers d’une buse ; dans les deux cas, le métal liquide en sortie de la tour d’atomisation se solidifie sous forme de particules sphériques.

La taille des particules métalliques solides est généralement comprise entre 15 et 45 microns.

La mise en œuvre des poudres métalliques pour la fabrication additive se fait au moyen d’un laser par fusion de couches minces successives, ou par dépôt pulvérisé.

Les critères de coulabilité, de densité, d’absence de porosité et d’homogénéité de la matière sont essentiels à la bonne qualité des produits.

Alliages d'aluminium et cuivreux

L’aluminium et ses alliages, communément appelés « alliages légers » sont utilisés dans l’industrie pour l’excellent rapport qu’ils présentent entre leur densité et leurs propriétés mécaniques. La densité des alliages d’aluminium est trois fois inférieure à celle d’un acier au carbone et 3,3 fois inférieure à celle d’un cuivre.

En savoir plus

Leur conductivité thermique est remarquable ; elle est 13 fois supérieure à celle d’un acier. Leur conductivité électrique est très bonne de l’ordre de 63 % de celle du cuivre, mais elle est double à poids de métal équivalent.

Ces alliages ont également une bonne tenue à la corrosion ambiante.?Ils sont obtenus par procédé de fonderie et peuvent être transformés par laminage ou forgeage.

Comme les aciers, ils sont classés en familles et groupes selon les critères physiques et mécaniques recherchés pour leur emploi. Les principales familles sont :
• Les aluminiums non alliés : famille 1000
• Les alliages aluminium-cuivre : famille 2000
• Les alliages aluminium-manganèse : famille 3000
• Les alliages aluminium-silicium : famille 4000
• Les alliages aluminium-magnésium : famille 5000
• Les alliages aluminium-magnésium- silicium : famille 6000
• Les alliages aluminium-zinc-magnésium : famille 7000

Selon les nuances, leurs caractéristiques mécaniques peuvent être optimisées par des traitements thermiques de mise en solution, trempe vieillissement, et par des traitements mécaniques d’écrouissage, mais elles sont moindres par rapport à celle des aciers et elles restent limitées. Les caractéristiques mécaniques de ces alliages sont directement liées à leur mode d’élaboration et au dimensionnel des produits ; il est recommandé de bien prendre en compte ces paramètres avant la mise en œuvre de pièces massives.

LA 2017

LA 5083

LA 5083 CP

LA 7075

LA 7022

LA 7000 C

LA 7000 CP

Cuivre électrolytique

Laiton CuZn40Pb3

Laiton CuZn39Pb2

Bronze UE12P

Bronze NC4

Électrodes rodées CuA1 – 1500C
LAKAL
Electrodes de finition graphite

Acceptez-vous les conditions d'utilisations de vos données (RGPD)

«